Aperçu de la région des Maritimes de Pêches et Océans Canada

La Région des Maritimes est une des plus grandes et des plus diverses régions parmi les six régions administratives du ministère des Pêches et des Océans au Canada. Nous servons une vaste clientèle, qui comprend les pêcheurs et leurs associations, les membres des communautés autochtones, les utilisateurs du transport maritime et des ports, les aquaculteurs, les plaisanciers, les universités, les collectivités, les organismes sans but lucratif, les groupes environnementalistes ainsi que les ministères provinciaux et les autres ministères fédéraux. Notre travail est essentiel pour la population canadienne de cette région.

Les politiques et les programmes ministériels sont offerts à l'appui des intérêts économiques, écologiques et scientifiques du Canada dans les milieux marin et dulçaquicole. L'océan étant notre dénominateur commun, nous visons à coordonner efficacement toute une gamme d'opérations et d'activités liées à la gestion des ressources halieutiques, à l'aquaculture durable, aux services et à la sécurité du transport maritime, à la protection du milieu marin, à la recherche scientifique et aux ports pour petits bateaux de la Couronne.

Gestion d'un littoral de 8 600 kilomètres

DFO Maritimes Region Boundary Map
La carte des limites actuelles
de la région des Maritimes du MPO

Deux régions du MPO se partagent la gestion des pêches dans les provinces maritimes : la Région des Maritimes (dont le siège est à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse), et la Région du Golfe (dont le siège est à Moncton, au Nouveau-Brunswick). La Région des Maritimes, connue sous le nom de Secteur de la gestion des pêches de Scotia-Fundy, s'étend de l'extrémité nord du Cap-Breton à la frontière entre le Nouveau-Brunswick et le Maine. La Région du Golfe s'étend de la frontière entre le Nouveau-Brunswick et le Québec à l'extrémité nord du Cap-Breton.

L'administration centrale régionale de la Gestion des pêches se trouve à Dartmouth. Cependant, le personnel, y compris les agents des pêches, travaille dans 18 détachements et bureaux extérieurs, et 3 bureaux sectoriels : Est de la Nouvelle-Écosse (Sydney), Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse (Yarmouth) et Sud-Ouest du Nouveau-Brunswick (St. George).

Les programmes régionaux des Sciences et de la Gestion des écosystèmes sont offerts par de nombreux scientifiques, océanographes, hydrographes, techniciens, conseillers, gestionnaires et employés de soutien travaillant dans quatre différents emplacements de la Région, et notamment dans deux importants centres de recherche. Ce sont l'Institut océanographique de Bedford (IOB), à Dartmouth, qui est réputé pour être le plus grand centre de recherche océanographique du Canada; et la Station biologique de St. Andrews (SBSA), au Nouveau-Brunswick, première installation du genre au Canada, fondée il y a plus de 100 ans.

La Garde côtière canadienne a une base principale dans la Région des Maritimes, située à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse. La Garde côtière a aussi des activités dans le canal de Canso, six postes de recherche et de sauvetage et deux hangars d'hélicoptères à Shearwater, en Nouvelle-Écosse et à Saint John, au Nouveau-Brunswick. La flotte d'hélicoptères et de navires de la Garde côtière est en service toute l'année dans la Région de l'Atlantique de la Garde côtière. En outre, la Garde côtière canadienne administre des centres régionaux des Services de communications et de trafic maritimes (SCTM) dans l'ensemble de la Région, et des dépôts de matériel d'intervention d'urgence.

Gestion des pêches

Nos opérations de gestion des pêches soutiennent une industrie de la pêche de plus en plus importante. La pêche de la Région des Maritimes de Pêches et Océans Canada représentait 39 % de la valeur totale au débarquement au Canada en 2012 (soit 757 millions de dollars) et la deuxième région aquacultrice la plus productive du pays est sous la juridiction de la Région des Maritimes.

Le programme de gestion des pêches gère les ressources halieutiques régionales, qui sont récoltées pour les Autochtones et à des fins commerciales et récréatives dans les eaux marines et intérieures. Le programme a été établi dans le but de conserver et de gérer les ressources halieutiques pour en assurer l'utilisation durable et la viabilité tout en offrant des avantages économiques aux collectivités côtières locales.

La Gestion des pêches élabore la réglementation et administre l'autorisation des opérations des pêches, assure la conservation et la protection des ressources et l'application de la loi sur les activités de pêche, et établit des ententes sur les pêches autochtones. Notre personnel consulte l'industrie de la pêche par l'intermédiaire de comités consultatifs des pêches. Des centaines de réunions de ces comités consultatifs ont lieu chaque année, faisant des pêches une des industries canadiennes consultées et gérées en collaboration le plus ouvertement.

La Région des Maritimes respecte les droits des Autochtones de pêcher, comme il est déterminé dans l'Arrêt Marshall de 1999 de la Cour suprême du Canada et d'autres, tels que l'Arrêt Sparrow. Afin de s'acquitter des obligations du gouvernement et d'encourager l'autosuffisance accrue des Premières nations, le Ministère dispose de divers programmes et initiatives visant à accroître la participation des Micmacs et des Malécites à la pêche commerciale dans l'Atlantique.

L'aquaculture joue un rôle important dans l'industrie des fruits de mer de la Région des Maritimes. Pêches et Océans Canada, en collaboration avec ses partenaires fédéraux et provinciaux et par l'entremise de régimes de réglementation, de politiques et de la recherche scientifique, aide le secteur de l'aquaculture à croître de façon responsable et durable dans de nombreuses collectivités côtières et rurales de la Région.

Sciences

Le personnel scientifique de la Région des Maritimes effectue de la surveillance, des relevés et des recherches essentielles pour (1) fournir des conseils en politique et prise de décision, (2) évaluer l'efficacité des mesures de gestion et (3) prévenir des dangers imminents de l'océan. Tandis que la majorité des travaux scientifiques se concentrent dans notre région, les scientifiques régionaux participent également à des études beaucoup plus loin, notamment en Arctique. Les travaux scientifiques sont aussi beaucoup axés sur la gestion des données générées par ces activités afin qu'elles puissent être sécurisées, accessibles et réutilisables.

Le personnel scientifique régional surveille en continu la fluctuation des océans et ses influences sur les espèces marines. Nos océanographes effectuent également des recherches en vue de comprendre et de prévoir des changements dans l'environnement et les processus océaniques. Ces travaux permettent de soutenir les grands enjeux importants pour la population canadienne, tels que l'adaptation aux changements climatiques, l'exploitation responsable de ressources énergétiques marines et l'intervention en mer en cas d'urgence.

Nous établissons des cartes, effectuons des relevés, mesurons et décrivons les eaux canadiennes et les marées pour faciliter la navigation commerciale et récréative et les activités de la pêche. Nous établissons également des cartes du plancher océanique. La demande de produits nautiques, comme les cartes électroniques ou les cartes du plancher océanique, continue de croître à mesure que les voies maritimes de l'Atlantique deviennent plus occupées, que la pêche se modernise et que l'intérêt augmente pour les projets de développement océanique.

L’aquaculture commerciale est l'une des activités de production alimentaire dont la croissance est la plus rapide au monde. Les Sciences du MPO tiennent un rôle principal dans la recherche sur les interactions potentielles entre l'aquaculture, les pêches et le milieu aquatique en vue d'assurer le développement durable de l'industrie.

Nos activités scientifiques soutiennent de nombreuses autres opérations régionales du MPO comme Gestion des pêches et Gestion des écosystèmes. Par exemple, les scientifiques fournissent des conseils à Gestion des pêches pour l'établissement de quotas visant les espèces de poisson commerciales. Les chercheurs travaillent également sur les espèces en péril.

Les chercheurs du MPO travaillent en collaboration avec les universités et les instituts de recherche locaux, nationaux et internationaux, les Premières nations et les organisations de pêcheurs telles que la Fishermen and Scientist Research Society.

Gestion des écosystèmes

Les Canadiens comprennent de plus en plus l'importance de protéger nos milieux marins et nos ressources marines et aquatiques pour pouvoir en bénéficier. Le gouvernement du Canada a recours à une approche moderne et coordonnée pour gérer les répercussions des activités humaines sur les océans bordant le Canada, et ce, afin de créer un équilibre entre la protection des écosystèmes marins et le maintien de la prospérité économique.

La Région des Maritimes joue un rôle essentiel dans l'exécution du mandat du Ministère concernant la gestion et l'intendance des océans du Canada (Loi sur les océans), les espèces en péril aquatiques (Loi sur les espèces en péril) et les pêches commerciales, récréatives et autochtones (Loi sur les pêches) par l'entremise de sa Direction de la gestion des écosystèmes.

Le Programme de protection des pêches est responsable de la gestion des menaces à la durabilité et à la productivité continue des pêches commerciales, récréatives et autochtones. Pour obtenir de plus amples renseignements sur le Programme de protection des pêches, veuillez consulter le site Web national du MPO.

En vertu de la Loi sur les océans, la Division de la gestion côtière et des océans dirige les initiatives de gestion intégrée des océans et des zones côtières dans la Région des Maritimes, notamment la désignation et la gestion de zones marines protégées, la planification du réseau d'aires marines protégées, la coordination des activités de planification marine avec d'autres ministères et intervenants, et la mise à disposition de renseignements, d'outils et de conseils relativement à la planification de l'espace marin et aux prises de décisions.

La Division de la gestion des espèces en péril joue un rôle de coordination et de leadership en ce qui a trait à l’application de la Loi sur les espèces en péril. Ses activités s’exercent dans les domaines suivants : protection des espèces en péril, rétablissement des espèces en péril, évaluation et respect des règlements.

Garde côtière canadienne

La Garde côtière canadienne de la région de l'Atlantique a son administration centrale à St. John's, Terre-Neuve-et-Labrador, et offre ses services aux régions des Maritimes, du Golfe et de Terre-Neuve-et-Labrador du MPO. Les services de la Garde côtière canadienne favorisent les priorités du gouvernement, en plus de contribuer à la prospérité économique, ainsi qu’à la sécurité, l’accessibilité et la protection des eaux canadiennes. Elle constitue l'organisme opérationnel maritime du Ministère, et gère la flotte du MPO ainsi que les installations et les services connexes de soutien technique. Elle fournit les ressources aériennes et maritimes aux programmes de Conservation et Protection ainsi qu'à ceux des Sciences, et notamment de l'hydrographie, ainsi qu'à d'autres ministères fédéraux. Parmi les activités menées par la GCC dans le cadre de ses programmes, mentionnons la gestion des voies navigables, les aides à la navigation, les services de communications et de trafic maritimes, les recherches et sauvetages, les interventions en matière d'environnement, ainsi que les services de déglaçage.

La Garde côtière canadienne dirige la flotte maritime civile du Canada, et cette responsabilité lui donne un rôle essentiel en tant que symbole visible d'identité canadienne et sentinelle des littoraux canadiens. Le centre de coordination des opérations de sauvetage conjointes à Halifax veille à la coordination et à la bonne marche des opérations de recherche et de sauvetage aéronautiques et maritimes 24 heures par jour, 7 jours par semaine. La Garde côtière auxiliaire, qui compte environ 1 500 bénévoles et 850 navires, contribue également à la sécurité générale des navigateurs dans la région de l'Atlantique.

Ports pour petits bateaux

Les Ports pour petits bateaux, dont le siège se situe à Moncton, au Nouveau-Brunswick, sont un programme administré par la Région des Maritimes. Ce programme offre des services à la Région des Maritimes et à la Région du Golfe. La Direction des ports pour petits bateaux a la responsabilité de développer, de maintenir et de gérer un système de base de ports régionaux soutenant l'industrie de la pêche commerciale.

Parmi les principales initiatives, on trouve le transfert des opérations portuaires à des groupes administratifs pour la gestion communautaire locale et la rationalisation des autres ports de pêche pour soutenir l'activité. Le rôle continu de notre personnel est d'aider les administrations portuaires en leur fournissant des connaissances, des conseils et des fonds.

La Direction des ports pour petits bateaux compte près de 400 ports dans la Région des Maritimes. Les administrations portuaires locales gèrent actuellement presque 300 de ces ports. Les autres ports seront rationalisés selon chaque emplacement.

La gestion des océans : une question internationale

Les relations entre la Région des Maritimes du MPO et les États-Unis concernant le milieu marin, plus particulièrement les pêches de la côte Est, durent depuis des décennies. Dans le golfe du Maine et sur le banc de Georges, le Canada et les États-Unis partagent certaines des ressources halieutiques les plus précieuses au monde.

Les deux pays collaborent dans la plupart des domaines d'intérêt commun, notamment ceux des populations de poissons transfrontalières et des espèces en péril. La plupart des questions associées aux pêches canadiennes dans le golfe du Maine et le banc de Georges sont traitées par le Comité directeur bilatéral (Canada - États-Unis) des ressources halieutiques transfrontalières, qui est coprésidé par la directrice générale régionale de la Région des Maritimes du MPO. Le comité représente divers intérêts de l'industrie de la pêche, et des membres du Comité directeur siègent en tant que représentants du Gulf of Maine Advisory Committee.

Le Comité directeur s'efforce d'élaborer des approches complémentaires et intégrées pour le golfe du Maine et le banc de Georges en supervisant le travail d'un certain nombre de sous-comités et de groupes de travail. Le sous-comité scientifique examine les évaluations scientifiques des stocks et les prévisions nécessaires pour soutenir la cogestion des espèces que se partagent le Canada et les États-Unis. Le sous-comité de gestion des pêches fournit un mécanisme d'élaboration de stratégies de pêche durable et d'accords de partage des ressources pour la morue, l'aiglefin et la limande à queue jaune du banc de Georges. Les représentants du gouvernement du Canada et des États-Unis, ainsi que ceux de l'industrie, continuent de collaborer afin que toutes les parties puissent bénéficier des ressources marines de façon durable et viable sur le plan économique.

La Région des Maritimes du MPO est également représentée au Conseil du golfe du Maine sur le milieu marin. Ce groupe encourage la prise de mesures coopératives dans le bassin hydrographique du golfe du Maine pour préserver un patrimoine commun, ainsi que l'utilisation durable des ressources. Ses membres sont des représentants du gouvernement fédéral, des gouvernements provinciaux et du gouvernement du Maine ainsi que du secteur privé.