Biodiversité marine côtière

Le programme de biodiversité côtière fournit des renseignements et des conseils pour la gestion des pêches locales, de l’aquaculture et des zones marines protégées. Le programme contribue aussi à la participation du Canada à la Convention sur la diversité biologique des Nations unies.

Les activités humaines et les vastes changements du climat côtier peuvent modifier l’écosystème marin pour ce qui est de la répartition (emplacements), de la composition (nombres et types) et de la productivité des espèces. Ces changements peuvent aussi avoir une incidence sur le nombre d’espèces abondantes ou rares et introduire des espèces exotiques (envahissantes) qui pourraient modifier l’équilibre naturel entre les espèces et leur habitat.

Les chercheurs en biodiversité utilisent différentes méthodes pour surveiller et déterminer les changements de diversité (variétés) et de répartition des espèces dans la zone côtière. Indicateurs de biodiversité, comme :

  • nombre d’espèces;
  • proportions des espèces dominantes et rares;
  • taille de la zone d’échantillonnage pour observer ces espèces constituer des points de référence des conditions actuelles.

Surveillance de base

La surveillance de base établit une mesure de la présence des espèces et des changements dans le temps. Une surveillance fiable nécessite des méthodes d’échantillonnage standard et une compréhension de la façon dont les espèces changent dans le temps et dans l’espace. Il est important d’effectuer des relevés plurispécifiques fréquents pour établir une base de renseignements.

L’utilisation d’un chalut de fond est l’une des nombreuses méthodes efficaces pour capturer une diversité d’espèces en zone côtière. La surveillance de base s’appuie également sur un vaste réseau d’expertise et d’efforts visant à recueillir et à communiquer des renseignements sur les différents types d’espèces, les habitats et les zones. Nos chercheurs travaillent en collaboration avec d’autres programmes gouvernementaux et non gouvernementaux qui recueillent et évaluent régulièrement des renseignements sur la biodiversité et l’habitat dans la zone côtière du Canada et dans le monde entier.

Des recherches visant à améliorer la surveillance de la biodiversité évaluent les programmes existants et les zones qui font l’objet d’études et explorent de nouvelles activités permettant d’améliorer ce réseau en ce qui concerne la répartition, le temps et les groupes d’espèces.

L’utilisation d’un chalut de fond est l’une des nombreuses méthodes efficaces pour capturer une diversité d’espèces en zone côtière. Des échantillons provenant de ce chalut sont identifiés et dénombrés, et la position, la profondeur et la température de l’eau sont notées pour comparer les changements de composition taxonomique dans le temps et dans l’espace.

Cartographie de l’habitat

Des mesures précises des caractéristiques de l’habitat, comme le substrat de fond marin (matière), la végétation et les paramètres physiques de l’eau (température, salinité, turbidité) sont essentielles pour comprendre la présence des espèces au sein d’une zone et le rôle de l’habitat dans la diversité. La cartographie de l’habitat est effectuée de façon soignée et cohérente pour mesurer avec précision les caractéristiques de l’habitat sous-marin de grandes zones. Les chercheurs des stations emploient des méthodes d’étude par plongée sous-marine, des caméras submersibles, des capteurs à distance et des technologies multifaisceaux pour mesurer la diversité des habitats sous-marins dans la zone côtière.

Un plongeur des sciences du MPO effectue une cartographie de l’habitat sous-marin à l’île Brier, en Nouvelle-Écosse. Un plongeur des sciences du MPO effectue une cartographie de l’habitat sous-marin à l’île Brier, en Nouvelle-Écosse. Le plongeur enregistre les caractéristiques de l’habitat, comme le substrat et la pente, ainsi que toutes les espèces rencontrées pendant l’étude. Les mesures de la profondeur, de la température, de la salinité et de la turbidité sont effectuées automatiquement à l’aide des capteurs océanographiques fixés sur le plongeur. Un enregistrement photographique et des spécimens biologiques sont recueillis pour identifier les différentes espèces observées pendant la plongée.

Taxonomie

L’identification et la désignation des espèces indigènes, envahissantes et nouvelles nécessitent une expertise et des produits de taxonomie d’experts (classification). La précision de la taxonomie est essentielle aux recherches fondées sur les espèces et aux programmes de gestion. Les échantillonnages effectués sur de grandes zones géographiques et de longues périodes nécessitent des méthodes d’identification des espèces à jour et efficaces. Les chercheurs travaillent en collaboration avec les établissements de recherche et d’éducation, y compris les musées et les fournisseurs de services taxonomiques, comme le Centre Référence atlantique (en anglais seulement), pour perfectionner les compétences, créer des formations et élaborer des ressources documentaires d’identification des espèces. Les produits de taxonomie comprennent :

  • clés d’identification sur le terrain améliorées;
  • examens et révisions taxonomiques;
  • identification des nouvelles espèces;
  • renseignements sur la répartition des nouvelles espèces.

Plusieurs espèces sont capturées pendant l’échantillonnage. Plusieurs espèces sont capturées pendant l’échantillonnage. Un enregistrement complet et précis de toutes les espèces et de leur abondance est requis pour documenter les changements relatifs à la biodiversité dans le temps et dans l’espace. Une formation en identification des espèces et des sources fiables sont essentielles pour effectuer ce travail.